ARC EN CIEL

Bienvenue sur mon blog

Archive pour avril, 2010

Ton absence… (à Laurine)

Posté : 25 avril, 2010 @ 5:52 dans Ma Poesie, Poesie libre | 2 commentaires »

Ton absence... (à Laurine) dans Ma Poesie Ton-Absence...-%C3%A0-Laurine..-587x1024

TON ABSENCE…
A Laurine…

 

 

Ton absence est si lourde à contenir ce soir

Que je marche, Âme en peine, aux recoins du silence

Vrillant à ma douleur tous tes mots dans le noir

Et le bruit de tes pas qui joue sur ma souffrance.

 

 

Dans la nuit je t’entends… tu m’appelles… mais tu pleures ?

Et moi qui suis si loin, m’armant de tous courages

Fais s’envoler vers toi, bien vite, mes bras douceur,

Par l’oiseau de mon cœur, et des baisers bien sages.

 

 

Car plus rien n’est pareil… tout me parle de Toi..

Ton lit inoccupé… joujoux trop bien rangés…

Caroline sur mon oreiller… câlins de Toi..

Ton petit pyjama que je n’ai pas lavé…

 

 

Quand à chaque regard s’accroche un souvenir

Et que mes doigts caressent les amours de tes jours

Mon Ame toute en cascade attend ton Revenir

Veut faire courir le temps au réveil de l’Amour…

 

 

Ton absence est trop lourde à supporter ce soir,

Et je livre, Ame en peine, aux mains vides de l’Absence

Tous tes rires et nos joies dans un cri dérisoire

Maudissant ce long jour aux couleurs défaillance…

 

 

Nostalgie

30 Juillet 2006

Couleur sérénité [Michel Pépé - Musique : Présence de l'Ange sur un Diaporama d'oeuvres de Mario Duguay, peintre visionnaire.]

Posté : 24 avril, 2010 @ 11:08 dans A L'Ecoute de ... | Pas de commentaires »

Sur les ailes du rêve et  sur une autre musique de Michel Pépé : Présence de L’ange, je vous invite à découvrir quelques oeuvres de Mario Duguay ce Peintre Visionnaire qui crée dans un autre genre que celui de Joséphine Wall, mais toujours … sur les ailes du rêve ; la sérénité se respire à plein coeur.

J’ai aimé et je vous l’offre

Nostalgie

Le site officiel de Michel Pépé : http://michelpepe.com

Le site de Mario Duguay : http://marioduguay.com/fr/

 

http://www.dailymotion.com/video/x87dyw

 

 

Ecris-moi

Posté : 20 avril, 2010 @ 11:19 dans Ma Poesie, Poesie libre | Pas de commentaires »

 

 

comme unSoleil d'été sur la mer embrasée

 

ECRIS-MOI

 

Ecris-moi ces soleils  d’été qui chantent encore

Sur la mer embrasée en vagues souvenirs

Quand l’horizon est doux et danse avec l’aurore

Et qu’un soupçon de nuit refuse de partir.

 

 Ecris-moi tout du monde et des sentiers fleuris

Que l’on emprunte un jour au hasard d’un détour

Quand se noient quelques mots au vain puits de l’ennui

Et que ploient tant de fruits aux pommiers de l’Amour.

 

 Ecris-moi le parfum de fleurs inexistantes

Dans un clair de jardin qui respire la paix

Quand se brise un cœur en lueurs éclatantes

Et que le ciel s’emplit de mots à l’Imparfait .

 

 Oh ! écris-moi… câlins et sourires d’enfants

Quand nouveau jour se lève et que je pense trop…

Ecris-moi un Bonheur qui m’attend patiemment…

Et à ses pieds, enfin, se briseront mes maux.

 

 

 Nostalgie

26 Mars 2007

 


 


 

 

 

 

Michel Pépé… mon artiste « inspiré » et mon « guérisseur » d’Ames

Posté : 17 avril, 2010 @ 11:42 dans A L'Ecoute de ... | 5 commentaires »

Je viens de découvrir, par le biais de l’une de mes musiques de prédilection (Le Berceau de la Vie de Michel Pépé) les peintures de Joséphine Wall.

Je vous propose de m’accompagner dans ce  voyage au bout du rêve et de la beauté d’un art pur.

Mais auparavant, juste quelques mots sur ce musicien que je me plais à qualifier « d’inspiré », que j’ai découvert il y a quatre ans, et qui m’a énormément apporté.

Musique de bien être dit-on, musique zen pour certains. Pour moi, musique réparatrice d’Ames, musique de guérison. Musique »d’envol » aussi car j’avoue avoir écrit certains de mes textes en l’écoutant, la plume littéralement transportée grâce à la pureté et à la beauté des sons qui me travaillaient au Coeur.

Musique de guérison car je trouve qu’elle nous fait parfois aller au bout de notre souffrance tant elle est forte et bouleversante. Mais elle se fait délivrance ensuite.

La vie m’a permis d’assister à deux de ses concerts à ce jour (qui feront l’objet d’un autre article). Un prochain concert fin Mai me fait un clin d’oeil… mais…

Aujourd’hui je retrouve sur ces superbes images d’une artiste que je ne connais pas encore, l’envolée majestueuse de ce « Berceau de la Vie » que j’aime tant et je suis heureuse de constater que l’art quel qu’il soit marie ses harmonies au coeur d’une même musique.

Merci à toi Joséphine Wall pour ce superbe partage en images…

Merci à toi Michel Pépé pour tant et tant de choses encore…

Nostalgie.

http://www.dailymotion.com/video/x86zny

 

Les Peintures de Josephine Wall http://josephinewall.co.uk
Musique : Michel Pépé – Présence de l’Ange – Le Berceau de la Vie

http://michelpepe.com/home.html

Aux assasins d’enfant, je refuse le pardon

Posté : 14 avril, 2010 @ 5:04 dans Ma Poesie, Poesie libre | 2 commentaires »


AUX  ASSASSINS  D’ENFANTS…
JE REFUSE LE PARDON… !


 

 

Si j’avais le pouvoir
De juger en mon nom
Je vomirai ce soir
D’un dégoût si profond

Ces visages en bourreaux
Aux bien tristes instincts
Ayant clos désormais
Les yeux de ces bambins…

Que chaque égratignure
Faite aux corps innocents
Leur saute à la figure
Les maintiennent en tourments.. !!!

Que chacun de leurs pores
Transpire la douleur
Des parents dont le sort
S’est vidé du meilleur… !!!

Que leurs yeux répugnants
D’avoir brillé d’envies
Deviennent tisons ardents
Tout au long de leurs nuits… !!!

Que leurs mains assassines
Blasphèmes de l’innocence
Plus jamais ne dessinent
Même un air d’espérance… !!!

Que chaque jour que Dieu fait
Vrille en eux le serment
Incrusté à jamais
Dans le coeur des vivants… !!!

… Si j’avais le pouvoir
De juger en mon nom
Je vomirai ce soir
D’un dégoût si profond

Tous ces tueurs d’enfants
Aux malsaines pulsions
Et mon coeur de Maman
Se refuse au pardon… !!!!!!!!

Nostalgie
un triste jour de Mai 2006

Car le jour où je t’aimerai…

Posté : 14 avril, 2010 @ 4:18 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | Pas de commentaires »

14amour.jpg

 

… CAR LE JOUR OU JE T’AIMERAI…

 

 

 

 

Il y aura du bleu dans le coeur des étoiles

Et des gerbes de feu qui pleuvront sur la terre,

Le ciel s’embrasera des tons de cette toile

Que l’on verra tendue bien au-delà des mers.

 

 

 

Il y aura des pas résonnant aux jardins

De ces vies sans soleil mais où le vent est doux,

Quand s’éloignent soupirs et larmes de chagrin

Là-bas sur le chemin où les passés sont fous.

 

 

 

Il y aura du sel sur les lèvres du jour,

Te faisant oublier le fade d’un Antan,

Et du vert Espérance se riant, tout Amour,

Dans les cheveux d’un saule en éternel printemps.

 

 

 

Il y aura du miel en écharpe de pluie,

Sous la voûte du temps rivant à nos regards

Ce flamboyant rivage aux portes de la nuit,

D’un véritable Amour qui jamais ne repart.

 

 

 

Il y aura du Tendre de Moi sur ta main,

Ayant longtemps vécu à fleur et coeur d’immense,

Naviguant sur des flots destination Demain,

Sans pour autant renier ni Bonheurs ni Souffrances.

 

 

 

Il y aura des mots aux silences fleuris,

Qui ne franchiront pas la barrière d’un son,

Mais que tu entendras rouler en chant de Vie,

Quand ils viendront loger en ton être profond.

 

 

 

Il y aura des chaînes se brisant enfin ,

Dans une aura d’automne qui se meurt déjà,

Et dont les cendres chaudes se soupirent en vain,

S’éparpillant au loin dans un goût de frimas.

 

 

 

Car le jour où Je T’aimerai…

 

Ce jour où Je T’aimerai…

 

 

 

Il y aura l’Amour jusqu’au bout de mes doigts,

Dénué de pensées qui ne seraient pas toi .

Et alors je pourrai, en ma profonde Foi,

Donner enfin mon coeur, en écho de ta Voix.

 

 

 

 

 

Nostalgie

12 Février 2009

15carlejourojetaimerai.jpg

 

Je te confie

Posté : 14 avril, 2010 @ 3:37 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | Pas de commentaires »

Je_te_confie

 

JE TE CONFIE

 

 

Je te confie mes roses bleues,

Jardins secrets d’adolescence

Où te sourit encore un peu

Un coin tout fleuri d’innocence.

 

Je te confie mon ciel entier,

Vaste prairie au cœur d’un Moi

Où je chantais sur des cahiers

Les mots que refusait ma voix.

 

Je te confie ma mer immense,

Antre d’amour où se conçoit

Le tendre feu de l’espérance

Qui sait raviver mes émois.

 

Je te confie tous mes Hier,

Gouffre profond  où se débat

Une ombre face à la lumière,

Qui  en ternit le bel éclat.

 

Je te confie tous mes Demain,

Insoupçonnables d’Avenir

Gravés sur fond de parchemin

Et valant bien tous les empires.

 

Je te confie mon Aujourd’hui,

Timide encore mais rassuré,

Grand renouveau qui se construit

Au cœur de la Sérénité.

 

En quelques mots, je te confie,

Tout ce qui fait que je suis là

Remerciant le ciel et la vie

Et mettant mes pas dans tes pas…

 

 

Nostalgie

29 Juillet 2009

Sérénité

Harmonia

Posté : 14 avril, 2010 @ 11:31 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | Pas de commentaires »

Harmonia

 

H A R M O N I A

 

 

Regarde tout là-haut  ce sillon dans le ciel,

Qui sourit dans le beau d’une âme couleur miel.

Regarde la lueur qui danse dans ces yeux,

Lorsque s’enfuit la peur des jours trop silencieux.

 

Regarde à l’infini où fleurit l’horizon,

Ce coin mélancolie bordé de sable blond.

Regarde la fraîcheur de la rose au matin,

En lointaine pudeur tout au fond du jardin…

 

Regarde-la jouer dans la fleur du silence,

Soufflant d’un air léger sur le front de l’absence.

Regarde-la vibrer sous les doigts du Présent,

En vagues parfumées et perles d’un instant.

 

Regarde-la fleurir de par les jours qui passent,

Dans un simple sourire quand nos mains s’entrelacent.

Regarde-la perler au miroir des couchants,

Doucement se pencher sur nos rêves d’enfant.

 

 

Regarde-la trahir tous nos passés fougueux,

Regarde-la se rire de nos temps malheureux.

Regarde-la tricher lorsque bien vieux démons,

Voudraient la voir tomber aux pieds des non-pardons.

 

Regarde-la neiger en flocons de tendresse,

Sur nos vies retrouvées par-delà la détresse.

Oh ! Toi… regarde-la nous cueillir tant de fleurs,

Et changer nos frimas en sentiers du bonheur…

 

Elle s’appelle… HARMONIA

 

 

Patsy

8 Octobre 2009

Emmène-moi

Posté : 13 avril, 2010 @ 1:42 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | Pas de commentaires »

19emmnemoi.jpg

 

EMMENE-MOI…

 

 

 

 

 

Emmène-moi, au doux matin,

Quand le soleil se lèvera

Brillant si fort sur les rochers,

Emmène-moi… je veux la voir,

Et à ses pieds, joindre les mains,

Pour un Adieu sans grand fracas,

Aux plus sombres de ces années

Qui tourbillonnent dans le soir.

 

 

 

Emmène-moi… je l’aime tant !

Drapée de tons bleu si profond

Qui jouent d’un air d’immensité.

Emmène-moi… je veux la voir,

Pour y rêver au firmament

Des moments où tout se confond

Dans le survol des voix ailées

Qui se rebellent dans le noir.

 

 

 

Emmène-moi face à la mer,

Et nos mains parleront en choeur

Aux pas perdus dans le désert,

A la recherche du bonheur.

S’il y a tant de deuils à faire

Pour un chemin aux jours meilleurs,

Laissons s’en aller les Amers

Au gré de ses flots, vers l’Ailleurs.

 

 

 

Emmène-moi,

Face à la mer,

Emmène-moi,

Loin du désert.

 

Emmène-moi…

 

 

 

 

 

Nostalgie

16 Janvier 2009

20emmnemoi.jpg

 

Par delà l’horizon

Posté : 11 avril, 2010 @ 6:39 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | 1 commentaire »

Par delà l'horizon dans Ma Poesie Copie-de-Par-del%C3%A0-lHorizon-1-

 

Par-delà l’horizon se voudrait un hommage… mais quand la plume s’est arrêtée et que je l’ai relu… j’ai eu plus envie de dire que c’est tout simplement un « Pardon » demandé.

Pardon pour tous ces mots que l’on a tu car difficiles à prononcer,

Pardon pour toutes ces choses que l’on reproche souvent à son Père et que l’on ne comprend que bien plus tard, en général quand il n’est plus là,

Pardon de n’avoir rien compris à sa vie, à sa façon d’être, à sa sévérité (bien qu’injuste souvent),

Pardon d’avoir compris trop tardivement qu’il nous aimait Vraiment
Mais Merci d’avoir tout fait pour assurer et assumer sa famille au fil du temps,

Merci pour la main sur le coeur, la tendresse dans les yeux, les embruns sous le couvert des paupières…
Un message cependant, amis lecteurs, ne laissez pas partir ceux que vous aimez sans le leur dire… car effondrés au pied de leur dernière demeure, cela ne sert plus à rien, si ce n’est d’en traîner le regret à jamais
C’est ce qui m’est arrivé !

PAR-DELA  L’HORIZON
(ou… Pardon, Papa)


 

Par-delà l’horizon où rugissent mes flots,
Aux confins de ce monde d’où tu ne reviens pas,
J’entends toujours, Papa, auréolée d’échos,
Cette douleur qui joue sur ma vie et… s’en va.

 

Voilà bientôt quinze ans… et pourtant… et pourtant…
L’Hier inoublié étreint toutes mes pluies,
Rallumant les soleils d’un lointain coeur d’enfant
Pour implorer ce ciel où ton étoile luit.

 

Silencieuses prières aux couleurs d’Autrefois,
Quand tourne si facile la roue de mes Pensées,
Perclue de souvenirs accrochés à mes doigts,
Et que la nuit descend sur toutes ces années.

 

Combien faut-il de temps pour bâtir un Oubli ?
Triste dépositaire de tes derniers instants,
Combien faut-il de temps à la Paix en sursis
Pour attiser les flammes d’un brasier persistant ?

 

Combien de ces chemins aux regards éperdus
Sur les rives du temps qui cachent leurs secrets ?
Et de « Pardon Papa » pour n’avoir jamais pu
Te dire bien des mots aujourd’hui murmurés ?

 

CAR

 

Par-delà l’horizon où rugissent mes flots,
Aux confins de ce monde d’où tu ne reviens pas,
J’entends toujours, Papa, auréolée d’échos,
Cette douleur qui joue sur ma vie… puis… s’en va…

 

OR

 

Voilà bientôt quinze ans que je me suis promis
D’enlacer pages blanches sur nos Jamais Plus,
Mais que gorge nouée, aucun mot ne me dit…
Pardon Papa si à ce jour je n’avais pu…

 

CAR

 

Par-delà l’horizon où rugissent mes flots,
Aux confins de ce monde d’où tu ne reviens pas,
J’entendrai à Jamais, Papa, tout en écho,
Cette douleur qui joue sur ma vie… puis… s’en va…

 

 

 

Nostalgie
30 Mai 2008

Lettre à ma mère

Posté : 10 avril, 2010 @ 9:26 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | 1 commentaire »

07lettremamrejpg.jpg

 

 

LETTRE A MA MERE …

 

 Comme le temps a passé… !

 

Aujourd’hui, à mon tour,

Des petits bras se tendent

 Pour me serrer très fort…

 Et moi, je n’ose plus

Prononcer de doux mots,

Mais l’ais-je jamais fait ?

Et pourtant, et pourtant,

En bouquets ils se pressent,

Là tout au fond d’une âme close

Qui pense et qui repense

A tout l’Amour donné,

A la tendresse vive,

Aux sourires d’antan…

 

Comme le temps a passé !

 

Aujourd’hui, à mon tour

Je reste au creux du lit

Car je sais qu’elle viendra

Quelques fleurs à la main

Et des petits trésors

Faits de ses mains…

 

Et moi, je n’ose plus

Laisser fleurir les mots

En un si doux je t’aime,

Mais l’ais- je jamais fait

Si ce n’est par écrit

En lettres d’or, certes…

 

Mais…

 

Comme le temps a passé… !

Et je vois et revois

Ces nombreuses années

La marque des saisons

Sur ton corps fatigué,

La neige dont tes cheveux

Ne se déparent plus,

Et moi, tout à côté

Qui te rejoins un peu…

 

Même si…

 

Aujourd’hui à mon tour

Son petit cœur viendra

Se blottir contre moi

Mais elle, saura me dire « je t’aime maman »…

 

Et moi. …, là tout au fond de moi

Je reverrai encore ces beaux matins

Sacrés en cœur d’enfant

De ces jours où tu es reine,

Et plus encore…

 

Ma voix ne sait pas dire,

Mais mon cœur crie en silence

Des « Je t’aime…. Maman »

Souhaitant que tu les entendes,

 

Car le temps a passé, et passe encore,

Mais tu restes la plus belle

Tu restes la plus douce,

Tu restes simplement

Amour personnifié,

Et mon cœur a de toi le même visage

 

Peu importe que ce temps ait tant joué notre vie

Qu’il se compte maintenant en quelques décennies,

Et qu’il ne cesse de me dire que demain,

Peut-être que demain…

 

Mais aujourd’hui je veux seulement penser

Que c’est jour de fête pour toi

Et également pour moi,

Un jour viendra pour elle où

Le temps aura passé et passera encore

Mais comme toi, je resterai la plus belle,

Je resterai la plus douce,

Simplement Amour personnifié,

Et son cœur aura de moi, le même visage.

 

Je t’aime Maman

Bonne fête Maman

 

 

Nostalgie

7 juin 2009

 

ARC EN CIEL EST POESIE

Posté : 8 avril, 2010 @ 9:17 dans Presentation | 8 commentaires »

Arc_ en_ ciel _est_ couleurs

Ar_en_Ciel_est_poesie

 

 

ARC EN CIEL est POESIE…

 

 

 

couchée sur du papier dentelle au fil des ans et des continents, car ma Plume est Emotion. A sa pointe a perlé, perle et perlera encore, goutte à goutte, l’encre rouge et bleue de mon cœur.

 

Du vert tendre printemps au sombre de l’hiver, se riant des senteurs d’été et s’enflammant pour l’automne…

 

ARC EN CIEL est COULEURS … 

 

vibrant au fil des jours, des fêtes et évènements qui jalonnent une vie…

 

réelles et toutes en nuances vives ou aquarelles qui ravissent les yeux, ses créations uniques voyagent de par le monde, touchant chaque fois à coup sûr le cœur de ceux qui les reçoivent…

 

 

 

ARC EN CIEL est COULEURS …

 

 

 

Mon ARC en CIEL a donc les contours de ce monde de mots et de couleurs que je mets ici en partage.

 

Mots, en Poésie, rimes lourdes ou légères, heureuses ou tristes, instants de vie qui se côtoient en harmonie.

 

Couleurs qui riment souvent avec Bonheur au gré des occasions pour lesquelles sont créées les cartes 3 D magnifiques(ce sont leurs acquéreurs qui le disent…) de Nostalgie(naissances, mariages, fêtes, anniversaires, félicitations, remerciements…).

La rubrique « Cartes 3 D » contient les infos relatives à leur commande éventuelle : formats, tarifs, frais de port…

 

A terme, d’autres petits coins passion viendront se nicher au cœur d’ARC EN CIEL (cuisine, récits de voyage…). Mais laissons le temps au temps… et votre fidélité n’en sera que mieux récompensée.

 

Que ce voyage au cœur d’Arc en Ciel et en ma compagnie vous soit doux au cœur, agréable aux yeux, et que vos ressentis s’expriment en toute sincérité. Mon écoute est présente, soyez en sûrs.

 

Nostalgie

 

Va… Je t’aime… !

Posté : 8 avril, 2010 @ 10:22 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | Pas de commentaires »

12sonatepourunemeenpeine.jpg

 

 

 

 

 

VA… JE T’AIME… !

 

Et si quelqu’un te dit là-bas,

Que dans le désert de l’oubli

Ont pu se perdre un jour mes pas…

Ne le crois pas… il te trahit !

 

Le temps a coulé et voilà,

Que trois dizaines sont passées,

J’ai plongé dans joies et frimas,

A mon grand remords enchaînée.

 

Va… je t’aime !

 

A l’horizon de mes regrets,

J’ai accroché en tristes fleurs,

Des senteurs culpabilité,

Lancinants pétales de douleur,

 

Car n’ai pas su prendre les armes,

Me battre envers et contre tout,

A l’âge où bien peu nous alarme,

Et notre famille surtout.

 

Va… je t’aime !

 

Mais je te cherchais dans la nuit,

Priant ton ultime pardon,

Et je me cachais sous la pluie,

Pour crier librement ton nom.

 

Je te mettais sous les sapins,

Des joujoux aux couleurs de rêve,

Qu’emportait le petit lutin,

Avant que le jour ne se lève.

 

Va… je t’aime !

 

Je me voyais les bras tendus,

A chaque fête des Mamans,

Soufflant sur ton front bien trop nu,

Caresses et doux mots, tendrement…

 

Mais j’ai mis du temps à comprendre,

Au long parcours de nos Hiers,

Que je t’empêchais d’entreprendre,

Ta douce marche vers la lumière…

 

Va… je t’aime !

 

Moi, coupable par ignorance…

Ta voix cependant résonnait,

Je me demandais en silence,

Pourquoi un enfant m’appelait.

 

Je t’ai retenu dans l’ombre

Des remords et regrets amers…

Va… et quitte cette pénombre,

Aujourd’hui je te libère…

 

Va… je t’aime !

 

Que ton chemin soit Lumière,

Je t’aime et… t’aimerai toujours.

Coulera encore ma rivière…

Mais, d’entre tous, viendra le jour

 

Où je te rejoindrai.

 

Va… Je t’aime … !

 

 

 

Nostalgie

28 février 2010

Va_ Je_ t'_aime

 

Ne me l’enlevez pas …

Posté : 1 avril, 2010 @ 10:22 dans Ma Poesie, Poesie d'Amour | Pas de commentaires »

Ne_me_l_enlevez_pas_Gretta

 

 

NE ME L’ENLEVEZ PAS…

 

(Pour Gretta)

 

 

 

Ne me l’enlevez pas, ce soleil de ma vie

Aux gestes délicats dont mon cœur s’est épris…

Ce ne fut pas facile de marcher dans ses pas

Au lointain de notre île, parfois même, au-delà.

 

D’une vie solitude où je criais son nom

Au goût d’incertitude en méandres profonds,

J’ai pincé près de lui les cordes de la Vie

Pour cerner aujourd’hui le bleu d’un cœur qui rit.

 

Ne me l’enlevez pas cet être d’exception

S’éloignant des frimas et si plein d’attentions.

Nous avons parcouru tant de routes ensemble

Nous perdant dans les nues âmes qui se ressemblent…

 

l m’a tenue la main sous le ciel étoilé

Parsemant nos chemins de souvenirs ailés.

Il m’a ouvert les yeux au couchant du long soir

Où il jongle si peu de couleurs dans le noir.

 

Il m’a aimée d’Amour en protection toujours

Et sa voix est le Jour que je suis sans détours.

Ne me l’enlevez pas je suis Lui, il est Moi,

Ne me l’enlevez pas, Il ferait bien trop froid,

 

Sans ce soleil d’Amour qui brille dans mon ciel

Et où je vois toujours nos cœurs en arc-en ciel.

Ne me l’enlevez pas…

 

 

 

Patsy

26 Juillet 2009

 

mes compositions |
xicacollages |
Le bois,métier ou passion? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | maminicoleb
| Un livre... C'est le bonheur !
| compagnie A.L. Danse